Main content

Faire face à l’annonce

Prendre soin de sa peau
pendant un cancer

Affrontez votre maladie avec courage et grâce. Rester confiant et fidèle à vous-même.

Faire face à l’annonce

Cancer… Rien que le mot fait peur et fait parfois craindre le pire. Bien que le taux de survie augmente, le choc demeure violent lorsqu’on apprend qu’on devra faire face à la maladie. Lors du diagnostic, les émotions, les craintes et les questions se bousculent. C’est le vertige. À moins que le temps ne semble suspendu, et qu’un état de confusion nous empêche de saisir la moindre information ou de ressentir quoi que ce soit.

Certes, chaque personne réagit différemment. Mais une chose est sûre: aucun patient n’a à traverser seul cette terrible épreuve. En effet, sachez qu’une équipe de soins réunissant des professionnels de la santé, issus de spécialités variées, a pour mission de vous accompagner à chacune des étapes de votre traitement en oncologie.

La Roche-Posay est également à vos côtés pour vous permettre de mieux vous réconcilier avec les effets indésirables — et temporaires, ne l’oubliez pas! — des traitements du cancer sur votre peau. Nous sommes là pour vous aider à mieux les comprendre, les apaiser, voire les prévenir, tout au long vos soins en oncologie. Car c’est plus que jamais, le moment de prendre soin de vous.

Bien se préparer

Si vous venez de recevoir un diagnostic de cancer, il est possible que vous vous demandiez comment le traitement qui vous sera réservé changera votre vie. Comment il modifiera votre apparence et influencera votre moral. Bien entendu, chaque patient réagira différemment à une radiothérapie ou à une chimiothérapie, mais voici quelques repères pour apprivoiser leurs effets potentiels sur votre peau, vos cils et vos cheveux.

Il arrive que certains traitements en oncologie entraînent des effets indésirables sur la peau, tels une sécheresse accrue, une radiodermite (des lésions provoquées par la radiothérapie), un syndrome main-pied (une affection inflammatoire fragilisant les vaisseaux sanguins des extrémités) ou une folliculite (une inflammation du follicule pileux). Bien qu’ils soient incommodants, ces troubles cutanés sont temporaires. Mieux encore, ils peuvent être grandement atténués grâce à l’action combinée de produits dermocosmétiques reconnus pour apaiser la peau soumise aux traitements en oncologie. Au moment d’adopter une nouvelle routine de soins, privilégiez des produits nettoyants qui respectent le pH de la peau; de même que des crèmes et des baumes apaisants, sans oublier une protection solaire hautement protectrice.

Quant à la chute des cheveux et des poils — le plus souvent induite par la chimiothérapie, la radiothérapie ou l’immunothérapie—, elle n’est pas toujours inévitable. Car tout dépend du protocole de chimiothérapie, de la dose de médicaments prescrite, de la durée du traitement, et de l’état de santé de chaque patient. La perte de cheveux peut être subite ou progressive, et se présenter de 2 à 3 semaines après le début du traitement. Tandis que celle des cils et des sourcils survient généralement plus tard. Et la repousse? Elle varie d’une personne à l’autre, mais elle advient généralement à la fin du traitement.

Pour mieux vous préparer à une possible perte capillaire, demandez à votre équipe de soins de vous orienter vers des professionnels. Ces derniers vous aideront à décider s’il vaut mieux vous faire couper les cheveux ou vous faire raser la tête avant un traitement. Ils peuvent également vous aiguiller dans le choix d’un foulard, d’un turban, d’une casquette ou d’une prothèse capillaire.
N’hésitez pas à demander l’aide d’un proche pour vous accompagner dans votre démarche.

Vrai, une foule de questions émergeront au début de votre traitement. Quelle que soit leur nature, sachez que vous pourrez toujours faire appel à votre équipe de soins, et tout particulièrement à votre oncologue, pour obtenir de l’information fiable. Certains établissements offrent également les services d’un professionnel de la santé qui, en plus d’assister à votre rencontre avec votre oncologue, est en mesure de vous éclairer et d’apaiser vos doutes. Ce dernier pourra vous guider également vers des ressources psychologiques, psycho-sociales ou des groupes de soutien, au besoin.

Un dernier conseil: entre vos consultations, notez vos questions afin de les aborder lors de votre prochaine consultation avec votre oncologue ou votre équipe de soins. Entre nous, aucune interrogation n’est superflue lorsqu’elle concerne votre bien-être. Enfin, n’hésitez pas à faire appel à votre médecin de famille ou à votre pharmacien, au besoin.

à propos de la roche-posay

For the best experience, please turn your device